Détails

  • Début 8:30 PM - 14 Oct 2017
  • Auditorium H.Dutilleux du C.R.R - Amiens
  • 06 66 28 90 18
  • Billet
Jours Heures Minutes Secondes

1ère partie

HORNormes

(quatuor de cors)

Alexis Crouzil
Pierre Badol
Clément Charpentier-Leroy
Maxime Tomba
Assumant pleinement leur vocation de super-héros, les membres du quatuor Hornorme n’hésitent jamais à se mettre en danger en affrontant les plus grands soli du répertoire et en volant au secours des partitions les plus célèbres dans lesquelles le cor est toujours l’instrument qui sauve le monde. Alexis, Pierre, Maxime et Clément endossent donc tour à tour le rôle de
Fidelio, Siegfried ou Zarathoustra avec l’énergie et l’amour de ce répertoire qui les porte depuis qu’ils sont petits, telle une vocation…
En outre, chacun d’entre eux est aussi un grand Romantique et adore les thèmes de cor des Alpes qu’affectionnaient également Brahms, Mahler ou Bruckner ou les thème de chasseurs… atavisme inhérent à leur corporation qu’ils ont à cœur de partager à travers les pages du Freischütz ou de Tristan.
Car le partage est bien le maître-mot qui les anime : partager avec tous les publics leur enthousiasme et leur amour pour la musique du répertoire, les musiques de films qui ne laissent jamais le cor en reste et les créations.
Il est vrai que lorsqu’ils sont tous les quatre réunis, au Conservatoire National Supérieur de Paris qu’ils ont intégré en 2010 ou 2011 dans les classes d’André Cazalet ou de Jacques Deleplanque – deux des plus grands cornistes de
l’univers -, ou en dehors, leur enthousiasme décuple : en concert, en animations scolaires, à la radio… tous les moyens leurs sont bons pour transmettre, susciter l’enthousiasme en retour, voire provoquer des vocations et faire concrètement comprendre que l’on peu aujourd’hui encore avoir 20-22 ans et être raide-dingue de « grande musique ». Ajoutons pour finir qu’ils sont drôles, gentils, super-mignons…. Bref… irrésistibles… N’hésitez donc pas à les programmer, ils vous promettent que vous ne le regretterez pas. C’est toute l’histoire du cor qu’ils vous raconteront en musique… histoire d’en rire et d’en pleurer, d’en trembler d’effroi ou d’émotion en rassemblant en un seul concert les plus grands standards du pupitre et les innovations les plus stupéfiantes ou les plus intrépides… suspens !!!

Alexis Crouzil

Alexis Crouzil est né en 1990. Il débute la musique en 1998 dans une petite école de musique à Varilhes, en Ariège, et commence le cor à l’âge de 12 ans. Il intègre ensuite le Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse en 2004 où il obtient son prix en 2008. Alexis décide alors de se lancer sur la voie professionnelle et entre dans le

cycle spécialisé du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, dans la classe de Vladimir Dubois (cor super-soliste de l’Opéra de Paris).

Deux ans plus tard, il reçoit son prix avec félicitations ainsi que le diplôme de Formation à l’Orchestre du CRR de Paris. L’année suivante, il est reçu au Pôle Supérieur du CRR de Paris pour intégrer par la suite, la classe d’André Cazalet (cor solo de l’Orchestre de Paris) au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris qu’il termine en 2014. Alexis a aussi collaboré avec de grands orchestres professionnels tels que l’Orchestre Philharmonique de Radio France, L’Orchestre National du

Capitole de Toulouse,l’Orchestre de Chambre de Paris,l’Opéra National de Paris,l’Orchestre National de Lorraine,l’Orchestre Symphoniqueet Lyrique de Nancy, l’Orchestre de Tours et Sécession Orchestra…

De 2012 à 2015, Alexis occupe la place de cor solo de l’Orchestre National de Lyon et il évolue depuis 2015 au poste de cor solo remplaçant au sein de l’Orchestre de la Suisse Romande de Genève.

Clément Charpentier-Leroy

Clément Charpentier-Leroy commence l’apprentissage du cor à l’âge de 7 ans au Conservatoire à Rayonnement Régional de Poitiers où il obtient son Diplôme d’Etudes Musicales à 18 ans. La même année, il est recruté en qualité de professeur de cor et de solfège à l’Ecole de musique de Poitiers au sein de laquelle il enseigne durant plusieurs années. Il poursuit ses études musicales au Conservatoire de Rueil- Malmaison dont il obtiendra le Premier Prix de cor avant d’intégrer le Pôle Supérieur de Paris-Boulogne-Billancourt dans la classe de Vladimir Dubois (super-soliste de l’Opéra de Paris) jusqu’à l’obtention du Diplôme de Formation à l’Orchestre délivré par le Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris. Il est reçu au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 2011 dans la classe de Jacques Deleplancque (cor solo de l’Orchestre du Capitole de Toulouse), où il obtiendra une Licence en 2014. Il est aussi lauréat du concours international de Chieri (Italie). Parallèlement à ses études de cor, il est titulaire d’une Licence de musicologie de la Sorbonne. Clément est invité par de grands orchestres français : l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Orchestre de l’Opéra National de Paris, l’Orchestre Lamoureux, l’Orchestre de Bretagne, l’Orchestre de Tours, l’Orchestre de l’Aube… Ainsi que l’Orchestre de Chambre de Genève et l’Orchestre de Chambre de Lausanne. Depuis 2014, Clément est musicien de l’Orchestre de la Suisse-Romande de Genève où il occupe le poste de cor grave.

Maxime Tomba

Né en 1991 Maxime Tomba a commencé ses études musicales de cor au CRR de Versailles dans la classe de Gilles Mahaud. En 2010 il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d’André Cazalet (cor solo de l’Orchestre de Paris) où il obtient sa Licence en 2013 et son Master en 2015.

Lors de master classes ou de stage, il reçoit les conseils de grands maîtres du cor comme Jean-Michel Vinit, Benoit De Barsonny, Marie-Louise Neunecker, Kerry Turner, Francis Orval, Andrew Bain, Radovan Vlatkovic ou encore Radek Baborak. En 2015, c’est à son tour de donner des master classes au Conservatoire de Versailles et au festival Eurocuivres. Maxime est régulièrement appelé dans les orchestres nationaux comme l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre National d’Ile-de-France, ainsi qu’à l’Orchestre de Bretagne et l’Orchestre de Paris où il a joué sous la baguette de grands chefs comme Pierre Boulez et Herbert Blomstetd. En 2011 et 2013 Maxime participe successivement à l’Orchestre Français des Jeunes et au Pacific Music Festival. Il est aussi membre fondateur et cor solo du Sinfonia Pop Orchestra. Il a participé l’académie de l’Opéra de Paris durant la saison 2013-2014. Depuis décembre 2013 il est cor solo à l’Orchestre des Pays de Savoie.

Pierre Badol

Pierre Badol commence la musique au conservatoire de Saint-Etienne où il obtient un prix de cor à 16 ans. En 2009, il intègre le Pôle Supérieur au Conservatoire Régional de Paris chez Vladimir DUBOIS (super-soliste de l’Opéra de Paris) et en 2011, il est admis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d’André CAZALET (cor solo de l’Orchestre de Paris), où il obtient trois plus tard sa Licence mention Très Bien à l’unanimité. Pierre est régulièrement invité par les grands orchestres nationaux français comme l’Orchestre de l’Opéra National de Paris, le National de France, le Capitole de Toulouse, celui de Lyon, de Lille, de Lorraine, de Montpellier mais aussi l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, l’Orchestre de Bretagne, de Tours, de Saint-Etienne, ainsi qu’à l’étranger par l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre de la Radio de Varsovie et l’Orchestre de l’Opéra de Cottbus. Il se produit également en soliste accompagné par diverses formations: l’Ensemble Court-Circuit, l’Ensemble Telemann, l’Orchestre de l’Opéra de Cottbus, l’Orchestra Filarmonica del Friuli Venezia Giulia, l’Orchestre Pasdeloup, l’Orchestre Les Bagatelles, L’Orchestre Lutetia, l’Ensemble de Poches, Le Paris Percussions Group… et il est lauréat des concours internationaux de Porcia et Chieri (Italie) et du FMAJI (France).En 2011, Pierre devient cor solo de l’Orchestre Lamoureux. Il est aussi cor solo de l’ensemble Furians et du Sinfonia Pop Orchestra. Il compose et arrange les pièces, écrit les textes, les spectacles et les vidéos du quatuor HORNormes.

2éme partie

l’ORCHESTRE DE CUIVRES D’AMIENS invite Jean Daufresne

(saxhorn) Direction : Eric Brisse – Soliste : Jean Daufresne (saxhorn alto et saxhorn basse)

– Créé en 1989, l’ORCHESTRE DE CUIVRES D’AMIENS rassemble la famille des instruments de cuivres et percussions. Modèle d’intégration de jeunes élèves et amateurs, pour la plupart, formés par le Conservatoire à Rayonnement Régional d ‘Amiens Métropole, préférant le terme d’Orchestre de Cuivres, l’O.C.A. continue son parcours, favorisant les rencontres et les échanges lui permettant ainsi de parcourir le monde. L’ORCHESTRE DE CUIVRES D’AMIENS a désormais acquis une renommée qui s’étend de jour en jour. Il est évidemment connu des Amiénois qui peuvent goûter au plaisir dans des prestations locales.L’O.C.A. a déjà enchanté des publics régionaux (Reims, Cambrai, Lille…) et même nationaux lors de ses participations aux concours de BRASS BAND d’Amboise par exemple.
La formation a également conquis un public plus large, lors de concerts en Allemagne, en Suisse, en Belgique et en Espagne, et récemment, au Royaume Uni. En juillet 2001, son horizon international s’est même étendu aux antipodes. L’O.C.A. est allé effectuer une tournée de concerts en Australie. Il a été accueilli par trois Brass Band locaux de Canberra, Sydney et Gosford.
Cette expérience a été une avancée notable pour tous les membres de l’Orchestre. En octobre 2004, l’O.C.A. a effectué une tournée de 7 concerts dans le cadre de l’Année culturelle de la France en Chine, lors de festivals d’instruments à vent. En 2004, 2005, 2006, 2009, 2012, 2014 & 2016, il a obtenu un 1er prix au Championnat National de Brass Band de France. Il est lauréat 2008 du Concours International de Brass Band de Malines, en Belgique. En 2011, lors d’une seconde tournée en Australie, à Gunnedah, Gosford, Sydney et Adelaide, il a remporté la 5ème place du Championnat National des Brass Bands Australiens. Le programme que propose L’ORCHESTRE DE CUIVRES D’AMIENS, s’étend à travers le temps (depuis les arrangements de fanfares de la Renaissance jusqu’aux compositions contemporaines) et les genres musicaux (entre les marches appréciées des Brass Band anglo-saxons et les morceaux de concours) mais encore dans des limites spatiales très larges (de la France jusqu’aux antipodes en passant par l’Amérique et la Russie) L’ORCHESTRE DE CUIVRES D’AMIENS est à la fois l’héritier des fameux Brass Band anglais et des ensembles plus solennels et prestigieux des grandes fanfares françaises mises en valeur par le grand Lully. Les musiciens veulent sortir des sentiers battus pour offrir à leur public des concerts éclectiques et de qualité. Au contraire de l’Orphée de Cocteau, la pratique de leur Art les réjouit et les amuse. Il est probable que leurs nouveaux auditoires soient très étonnés, ravis et heureux de ce qu’ils auront pu entendre. La direction de cet ensemble unique est assurée par Eric BRISSE, professeur de Cor au Conservatoire à Rayonnement Régional d’Amiens Métropole. L’ORCHESTRE DE CUIVRES D’AMIENS est enregistré à l’union d’associations « La Flamme sous l’Arc de Triomphe » Flamme de la Nation – reconnue d’utilité publique.

Le SOLISTE : Jean DAUFRESNE

Jean DAUFRESNE est un artiste aux multiples facettes. Musicien classique de formation, il évolue dans le monde de la musique classique et contemporaine. Avide d’expérience, il se consacre également à l’improvisation libre et au théâtre instrumental et collabore également avec des danseurs, comédiens et peintres. Il est admis en 2008 au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) dans la classe de Philippe Fritsch et Jean-Luc Petitprez après des études au Conservatoire de Caen, puis au Conservatoire d’Aulnay-sous- Bois. Il y obtient en 2012 son Master en saxhorn/euphonium (mention Très Bien à l’Unanimité avec les Félicitations du Jury). Il y rencontre la pianiste Mathilde Nguyen avec qui il aborde le répertoire en sonate. Ce duo remporte en janvier 2015 les premiers prix du concours international de tuba/euphonium/saxhorn de Tours, du concours Léopold Bellan dans la catégorie solistes cuivres en avril 2016 et du concours AETyB de Valence en juillet 2016. Il remporte également le premier concours de saxhorn alto de la Musique de l’Air, qu’il intègre donc en 2010. La musique de chambre tient une grande place dans son univers artistique. C’est au sein du CNSMDP qu’il fonde avec trois amis (Patrick Wibart, Corentin Morvan et Vianney Desplantes) le quatuor de saxhorns Opus 333. C’est dans cette formation qu’il se présente dans la classe de musique de chambre de Claire Désert, Ami Flammer et Yovan Markovitch. En 2014, il obtient son Master de musique de chambre (mention Très Bien à l’Unanimité avec les Félicitations du Jury). Opus 333 est lauréat des concours Léopold Bellan (Prix d’Honneur), de la FNAPEC (Prix des Champagnes Mailliard et prix Selmer) et du Festival Chambre avec Vues (1er prix et prix du jeune public). Le quatuor s’est notamment produit au Théâtre du Châtelet, à la

salle Pleyel, à la Salle Cortot et au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. Il découvre aussi, au sein du CNSMDP, de nombreuses pratiques artistiques,notamment le théâtre, le théâtre instrumental, la danse contact et l’improvisation générative. Il rentre en 2010 dans la classe d’improvisation générative d’Alexandros MARKEAS et Vincent LE QUANG d’où il sort avec son Prix de Paris (mention Très Bien à l’Unanimité avec les Félicitations du Jury). Il joue dans l’Orchestre National de Création, Expérimentation et Improvisation Musicale (ONCEIM) et le collectif de musique contemporaine et improvisée Warning. Il est également membre du groupe de jazz Elephant Tuba Horde avec François Thuillier. Il est également invité pour jouer dans les orchestres parisiens comme l’orchestre de l’Opéra de Paris, l’orchestre National de France, l’orchestre des Lauréats du Conservatoire, l’orchestre Colonne sous la direction de grands chefs tels John Eliot Gardiner, Philippe Jordan, Michel Plasson… Ayant à coeur de toujours améliorer son travail, il s’intéresse également à l’instrument lui-même. Or, la facture instrumentale des saxhorns a peu évolué depuis le début du XXéme siècle. Aussi, avec le quatuor Opus 333, il conçoit, entre janvier 2013 et juillet 2015, un nouveau modèle de saxhorn, en partenariat avec le facteur suisse Willson, afin de l’adapter aux exigences toujours plus grandes du musicien d’aujourd’hui.